finances
L’année 2018 est marquée par deux événements qui ont affectés directement les comptes de la CCI Paris Île-de-France : d’une part la filialisation de ESCP Europe en établissement d’enseignement supérieur consulaire (EESC) au 1er janvier 2018, d’autre part, une nouvelle baisse de la taxe pour frais de Chambre (TFC) de 38 M€.

En outre, plusieurs décisions législatives (réforme de l’apprentissage, loi PACTE) ont conduit la Chambre régionale à adopter, le 5 juillet 2018, des orientations stratégiques qui réforment en profondeur la CCIR à horizon 2021. Le plan de redressement se traduira par l’émergence d’un nouveau groupe qui réaffirmera toutefois ses missions essentielles, qu’il s’agisse d’accompagner la croissance des entreprises, de former les jeunes et les salariés aux compétences de demain ou d’encourager le dynamisme des territoires.

Les comptes 2018 marquent ainsi la baisse pluriannuelle des ressources fiscales et les conséquences d’événements spécifiques à l’exercice sans pouvoir toutefois intégrer l’effet des mesures qui ont été prises : le résultat d’exploitation, hors dotations et reprises aux amortissements et risques, s’établit à -10,7 M€. Le résultat, avec les dotations et reprises, est en dégradation de 62,2 M€ en raison de l’enregistrement des engagements de l’aide au retour à l’emploi, constaté pour la première fois dans le cadre des nouvelles dispositions relatives à l’auto assurance des établissements publics.

Les produits d’exploitation sont en retrait de 34,3 M€ (à 391,2 M€) sous l’effet de la réduction de la TFC (-38 M€) alors que le chiffre d’affaires de l’établissement progresse de 4,2 M€, témoignant du dynamisme de la CCIR, notamment dans le secteur de la formation (formation première et formation continue).

Les produits d’exploitation
Chiffre d'affaires
Taxe d'apprentissage
Subventions reçues
TFC

Dans la continuité des exercices précédents, la CCIR a poursuivi la diminution des charges d’exploitation (-19,5 M€), tant sur la masse salariale que sur les charges d’exploitation. Les effectifs de la CCIR continuent leur décroissance (-90 permanents et -64 CDD).

Le résultat de fonctionnement s’établit à -68,1 M€ sous le double effet de la dégradation du résultat financier et du résultat exceptionnel. Le résultat financier (-14,9 M€ par rapport à 2017) marque la dépréciation des placements financiers de la CCIR (dédiés notamment à la Caisse spéciale d’assurance vieillesse).

A la clôture 2018, la capacité d’autofinancement est négative (-1,1 M€). Dans ce contexte fortement contraint et dégradé, les investissements (hors investissements financiers) ont diminué de 2,2 M€, notamment sous l’effet de la mise en attente ou du décalage de certains projets informatiques et immobiliers (construction ITESCIA, Jouhaux Toudic). Au final et compte tenu des emplois et des ressources, le résultat budgétaire s’établit à -12,7 M€.

Le fonds de roulement net de la CCIR s’établit à 47,6 M€.

Les charges d’exploitation
Masse salariale élargie
Charges de fonctionnement
Synthèse des résultats (en M€)
2017 2018 Variation
Produits d'exploiration hors DAP RAP 425,4 391,2 -34,2
Charges d'exploitation hors DAP RAP -419,9 -401,9 18,0
Résultats d'exploitation hors DAP RAP 5,5 -10,7 -16,2
Dotations / reprise amort. Et prov. -11,0 -57,0 -46,0
Résultat d'exploitation -5,5 -67,7 -62,2
Résultat financier 21,7 6,8 -14,9
Résultat exceptionnel 67,9 -7,2 -75,1
Résultat de fonctionnement 84,1 -68,1 -152,2
CAF 27,5 -4,6 -32,1
Total des ressources 99,9 9,0 -90,9
Total des emplois -30,9 -29,4 1,5
Résultat budgétaire 69,0 -20,4 -89,4